Trophée squelette: le chaînon manquant

Publié le par gille-monte-ruici

 

Contexte: Des archéologues mondialement réputés nous ont récemment sollicité dans le cadre de fouilles sur un site classé. Notre savoir-fer anthropolo-métallique a garanti l’expertise technique et le professionnalisme de l’accompagnement. Après des semaines de labeur acharné sous un soleil de plomb, nous avons exhumé une pièce unique et essentielle qui s’inscrit dans l’histoire de notre humanité: le chaînon manquant, le lien entre les civilisations paléolithiques et l’antiquité gallo-romaine.

 

 

 

 

 

Données techniques: le périmètre crânien est composé d’un engrenage primitif supportant la présence d’un chaînon qui s’emboitait en périphérie. La dentition proéminante est celle d’un mâle carnassier. L’absence d’incisives centrales indique un individu ambitieux dont les dents rayaient la terre battue. Il s'agissait probablement d'un mâle alpha qui tel un roméo, veillait sur sa harde: Alfetta, Berlina, Giulietta et autres Giulia. L’écartement de ses ramifications nous permet de correctement dater son âge avancé, et pour ce type d’espèce dans un milieu hostile, illustre une forte capacité de survie alliée à une intelligence cognitive développée, il savait donc faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fonction transitionnelle: Le crâne paléolithique était composé d’une boite osseuse simple et fragile, celui de l’antiquité gallo-romaine était métallique en fer blanc de basse qualité. Ce crâne fait la jonction entre ces deux périodes.

 

 

 

 

 

 

Conclusion: L’archéologie ne se limite pas à un déterrement raisonné. Il s’agit également, de donner du sens, de comprendre les systèmes de production, les modes d’exploitation auxquels appartenaient tous ces ensembles complexes. Toujours en quête de compréhension des interactions anthropomorphiques humanoïdes, cette exhumation remarquable nous offre un mâle de crâne qui avait bien l’âge de faire.

 

 

Publié dans têtes de mort

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C
Houlàlà rien à redire à cet article si brillamment rédigé!! là c'est du haut vol !! :))
alors juste un graaaaannnnd bravo pour la plume et pour le fer.
CL
Répondre
G
Merci de ton passage, il est vrai que vu du grenier des fouilles archéologiques prennent rapidement de la hauteur !
L
Que prenaient donc les Gallo-Romains lorsqu'il avaient mal au crâne ? Du degrip oil ?
Répondre
G
Pour faciliter le stockage et le transport, le précieux breuvage était stocké dans des vases en terre cuite, à deux anses, de forme ovoïde, généralement terminés à leur partie inférieure par une pointe. Ces réceptacles baptisés initialement des am-fer, avec l'évolution des techniques devinrent des amphores.